Peut-on vivre un amour heureux avec un névrosé obsessionnel ?

Une relation amoureuse avec un névrosé obsessionnel ne peut être satisfaisante !

Dans ce type de relation, l’amour devient parfois un piège. On donne, mais on ne reçoit que peu voire rien du tout de l’autre.

La névrose obsessionnelle se traduit par une méfiance maladive envers l’autre partenaire dont les intentions sont automatiquement traduites comme malveillantes.

névrosé obsessionnel

Peut-on vivre un amour heureux avec un névrosé obsessionnel ?

Peut-on envisager le bonheur dans une relation amoureuse avec un névrosé obsessionnel ?

Névrosé obsessionnel : La nature de son caractère

Le névrosé obsessionnel a une personnalité à dominante paranoïaque. C’est une personne renfermée sur elle-même parce qu’elle a peur d’avoir confiance aux autres.

A la différente du borderline, le paranoïaque a une haute estime de soi. Il a une très grande confiance en sa personne.

Il se considère intègre, innocent, respectueux alors qu’il est tout le contraire : malin, compliqué, immoral et violent.

Il ment, il manipule… Mais il ne voit malheureusement ces défauts que chez son partenaire.

Le névrosé obsessionnel dans une relation de couple

La névrose obsessionnelle est particulièrement déterminante dans les relations de couple.

Votre couple connaîtra une relation amoureuse où se confondent amour et haine, désir et rejet et ce jusqu’à la rupture définitive.

C’est pour cette raison que Lacan définit l’amour obsessionnel comme étant de la haine.

Peut-on vivre une relation heureuse et durable avec un névrosé obsessionnel ?

Votre partenaire souffre de névrose obsessionnelle ? Il est important que vous sachiez qu’il ou elle n’aura jamais confiance en vous.

Cette manque de confiance vous fera souffrir mutuellement et vous empêchera de trouver le bonheur dans votre couple.

La relation passionnelle sera d’autant plus difficile à bâtir si vous avez un caractère dominant.

Le névrosé obsessionnel ne confiera jamais son intimité à une personne qu’il considère dangereuse.

Votre nature peut renforcer ou stabiliser le caractère paranoïaque de votre partenaire. Certaines attitudes que vous adoptez peuvent amplifier ou non ses névroses.

De nombreux traitements peuvent également être envisagés pour améliorer votre situation : psychothérapie, psychanalyse, etc.

Vivre avec un névrosé obsessionnel c’est possible, mais c’est tout un travail… Mon article « Quels secrets pour réussir une relation amoureuse ? » peut vous aider.

réussir en couple : névrosé obsessionnel

photostock © freedigitalphotos.net

Recherches Populaires:

7 réflexions au sujet de « Peut-on vivre un amour heureux avec un névrosé obsessionnel ? »

  1. Non je trouve que votre description est tout de même caricaturale…
    Le névrosé obsessionnel que je suis partage effectivement certains des critères que vous évoquez:

    -Menteur, malin, fourbe, immoral, manipulateur et parfois violent je dois bien l’avouer…

    Cependant cela ne correspond en rien en état à mon état de bien être. Il est vrai que ma partenaire se doit d’être irréprochable, sinon malheur à elle je dois bien l’avouer…Mais je dois bien reconnaître que ma colère et ma violence (non physique ) étaient après coup largement mérités…

    Vous avez dit le mot clef dans le couple pour vivre avec un névrosé obsessionnel: la confiance. Le problème avec nous -et on nous le dit-, que vous semblez l’oublier c’est par contre notre absence TOTALE DE MESURE ET DE MODERATION…

    Par rapport à une personne plus normale les sentiments sont décuplés, le sentiment amoureux est véritablement maladif: quand on est amoureux c’est à la folie ou rien du tout.

    Je ne suis pas du tout d’accord avec votre question sur la confiance.
    Notre ABSENCE DE MESURE nous pousse soit à accorder au contraire de ce que vous croyez une confiance aveugle à notre partenaire parfois là où nous devrions au contraire redoubler notre garde ou il est vrai peut on tomber dans la paranoia absolue il est vrai…

    C’est soit l’un soit l’autre jamais dans la mesure…

  2. Franchement, c’est grave ce que vous dites !

    Je vous retourne une autre tout aussi idiote :
    Est-ce que l’on peut vivre avec un imbécile ?

    Déjà une relation passionnelle, c’est d’entrée de jeu un truc qui ne dure pas, qui devra évoluer vers autre chose que la passion !
    Et vous, vous confiez à une personne que vous considérez dangereuse ?
    Vos écrits sont d’une bêtise…

    Pour ceux, qui tomberaient sur cet article, je dis oui, c’est possible !
    Il a peut être tout simplement besoin d’être mis à la bonne distance et de clarté.
    C’est loin d’être un monstre le N.O.

    Le secret pour réussir une relation, c’est peut-être tout simplement se placer dans le respect de l’autre et savoir se comprendre.

  3. Je pense aussi qu’il y a des contre-vérités dans cet article. Le N.O peut faire confiance à sa partenaire, et c’est possible de vivre une très bonne relation (sans sexe) avec un N.O pendant des années (c’est mon cas).

  4. Que de stéréotypes ! Vous faites davantage la description de la perversion narcissique que de la névrose obsessionnelle ! L angoisse est le maitre mot de cette pathologie , le sujet ne prenant aucun plaisir a ressentir ce qu’ il perçoit comme étant totalement irrationnel mais ne pouvant se dégager de cet affect.

    Sachez également que l obsessionnel n a pas un narcissisme exacerbé c est tout le contraire puisqu’il est aux prises avec des sentiments de culpabilités, d une quête de la perfection parce que JUSTEMENT il souffre d un grand manque d estime et de confiance en soi.

    Le ou la partenaire doit justement comprendre cela pour ne pas mettre en échec son compagnon, le rassurer, l encourager et ne pas le laisser s enfermer dans ses obsessions en usant de l humour par exemple et étant le plus vivant (e) possible puisqu’au fond ce qui prime est l angoisse de mort. Au fond il faut varier entre tendresse et autorité pour offrir une sécurité a son compagnon , qui doit avoir une totale confiance.

    La personne souffrant de N.O est effectivement dans une Grande attente et montre une rigidité de la pensée au même titre et a la même hauteur de ce qu’ il s inflige a lui même. Bien sur, c est injuste envers le partenaire, mais je crois qu il faut relativiser parce que les reproches sont inconsciemment diriges envers lui même , ne pouvant l accepter chez soi.

    Mon mari souffre de cette terrible maladie, il se fait aider parce qu’ avant tout il faut remonter le fil de son histoire, de son enfance afin d en tisser des liens, de verbaliser les angoisses qui innommées, restent la définition de l angoisse. Avec beaucoup d amour des deux côtés , on s en sort plus que bien et relativisons la situation. Je ne reconnais en RIEN mon mari dans cette description qui est des plus injurieuses !

    • Je partage la vie d’un névrosé obsessionnel depuis 12 ans.
      Cette vie est devenue un enfer auprès d’une personne qui n’est pas capable de donner quoique ce soit à un seul moment! Rien que je puisse faire ne parvient à me faire recevoir ne serait ce qu’un maigre sourire de sa part. Je suis sans cesse accusée du pire, rejetée au moindre élan positif que je peux avoir. Tous est compté, je dois tout payer moi-même, sans jamais espéré une aide même dans une situation difficile alors qu’il gagne beaucoup plus que moi. Il me laisse en plan au beau milieu de nulle part si j’ose le contredire ou émettre une quelconque demande, il m’insulte, refuse mes cadeaux, s’arrange pour faire la tête à chaque fête, bref, passe son temps à détruire le peu de bonnes choses que nous pourrions partager. Alors oui, le portrait est juste, il est même très loin de la violence de la réalité. Vous avez certainement de la chance de vivre auprès de quelqu’un qui n’en est pas à ce stade! Mais croyez-moi, en ce qui me concerne, la vie auprès d’un obsessionnel est un enfer jalonné de violence et de maltraitance!

      • Il est certain que partager la vie d’un obsessionnel n’est pas aisé et peut même devenir douloureux, surtout s’il n’a pas entrepris par lui-même de se soigner. Mais ce qui me surprend, c’est que dans une telle souffrance, vous restiez avec lui. Ce qui vous fait à votre tour développer une certaine violence à son encontre et vis à vis de vous même, et n’est d’aucun secours pour aucun de vous deux. Qu’avez vous peur de perdre en le quittant ?

    • Merci Alynne, cela fait du bien de vous lire, c’est vous qui êtes dans le vrai. Cela fait plusieurs fois que je tombe sur le net sur des articles de ce type, peu fouillés, péremptoires et inintéressants, parfois même teintés d’une certaine méchanceté dont les intentions me semblent douteuses : on se demande qui veut aider qui là-dedans.
      Votre témoignage me fait du bien car je suis en thérapie ayant affaire à cette névrose, et votre démarche montre combien il est possible, avec amour, de comprendre son partenaire et de l’accompagner sans le juger. Ce qui doit être d’une grande aide pour lui comme pour vous deux.
      Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *