Vivre avec un bipolaire : comment aimer un bipolaire !

Vivre avec un bipolaire n’est pas facile !

Et pourtant, pour les conjoints, ce n’est pas une raison pour rompre le lien affectif.

Et ce, même si la gravité des comportements de l’autre engendrent des déchirements et un besoin de s’éloigner pour le conjoint sain…

vivre avec un bipolaire

Vivre avec un bipolaire : Comment aimer un bipolaire !

Peut-on se demander comment accepter autant de responsabilités? Comment aimer un bipolaire ?

Vivre avec un bipolaire : Maintenir l’équilibre dans la famille

Vivre avec une personne souffrant de trouble bipolaire, c’est accepter de vivre des situations improbables.

Le conjoint ou conjointe doit jouer le rôle de celui ou celle qui se doit de maintenir l’équilibre dans la relation de couple.

Conserver l’harmonie dans la vie à deux est la principale motivation de celui ou celle qui partage sa vie avec un bipolaire.

Et force est de constater que bien entourer la personne bipolaire contribue à ramener peu à  peu le bonheur dans le couple.

Comment aimer un bipolaire ?

Vivre avec un bipolaire c’est savoir s’adapter à ses troubles de comportements et agir en conséquence.

  1. Apprenez à l’écouter et faites attention lorsque vous lui parlez.
  2. Respectez sa phase de silence et d’indépendance. Il ou elle peut ressentir le besoin de s’éloigner de son quotidien et de s’ouvrir à d’autres personnes.
  3. Faites en sorte qu’il ou elle garde son estime de soi pour prévenir son agressivité et la violence verbale qu’il peut vous faire endurer.

Et surtout, gardez votre calme ! Ne répondez pas à ses provocations dites-vous que ces phases vont passer.

Les mots peuvent détruire la personne bipolaire et aggraver son état de dépression.

Comment vivre avec un bipolaire ?

Vouloir vivre avec une personne bipolaire, c’est accepter un quotidien particulièrement intense !

Mais soyons réaliste, ce genre de vie peut nous pousser au bout de nos limites et l’équilibre du couple restera toujours menacé.

Cependant, abandonner la personne qu’on aime, bipolaire ou non, est un choix d’autant plus difficile.

C’est tout simplement contre-nature et surtout contre les valeurs auxquelles on croit tous !

Le moins qu’on puisse faire, c’est continuer à l’aimer et apprendre Comment vivre avec un bipolaire.

réussir en couple : vivre avec un bipolaire

© imagerymajestic – FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

2 réflexions au sujet de « Vivre avec un bipolaire : comment aimer un bipolaire ! »

  1. Bonjour, Au terme de ma formation de conseillère conjugale et familiale, je rédige un mémoire au sujet de la vie conjugale quand l’un des deux conjoints est atteint de troubles bipolaires. Je souhaite évaluer dans quelle mesure la maladie bipolaire peut impacter les relations entre les conjoints et quelles seraient les attentes des couples par rapport aux professionnels. Si vous êtes en couple et confronté(e) à la maladie bipolaire, vos réponses m’intéressent. Mon questionnaire est individuel et anonyme. Si votre conjoint participe à ce sondage, il est important que chacun de vous remplisse un questionnaire séparé.
    Pour accéder au sondage de la personne du couple atteinte de la maladie bipolaire, cliquer sur ce lien https://fr.surveymonkey.com/s/Questionnaireconjointatteintdetroublesbipolaires
    Pour accéder au sondage du conjoint de la personne atteinte de la maladie bipolaire, cliquer sur ce lien : https://fr.surveymonkey.com/s/questionnaireconjoints
    Si votre conjoint ne souhaite pas y participer, vous pouvez y répondre seul(e).
    Recueillir des réponses des deux conjoints est une plus-value pour mon enquête, l’observation des deux points de vue étant enrichissante. Ce sondage sera clos le 1 juin 2014, merci d’y répondre dès que possible.
    Si vous souhaitez apporter un témoignage personnel, où me poser des questions, n’hésitez pas. Vous pouvez m’adresser un mail à l’adresse suivante : enquetememoireccf@gmail.com. Je m’engage à la plus stricte confidentialité de nos échanges. Je vous remercie de l’attention que vous portez à ma démarche, qui permettra d’enrichir cette recherche et faire aboutir mon travail. merci beaucoup Bérengère

  2. J ai vécu un début de relation fusionnelle avec un homme qui m ‘a dit dés le début qu’il était bipolaire. Malheureusement il était en phase haute, et un mois et demi plus tard il chutait dans la dépression. La frustration de ne pouvoir l ‘aider devant ses envies de suicide, le rejet progressif de cet amour m’était insupportable malgré ses peurs que je l’abandonne. J’ ai tenu bon, j’étais là pendant ses deux mois d hospitalisation, là même quand ses médicaments l’ont empoisonné et qu’il a failli mourir. Son traitement a été changé et il a perdu sa libido. Du coup il a rejeté mon amour, me reprochant de l’aimer trop, me disant qu’il voulait me garder en amie mais qu’il ne m’aimait pas assez pour continuer la relation amoureuse, juste amie et intime de temps en temps quand l’envie serait là. Je lui ai dit que c’était trop dur, que je ne calculais l’amour que j’éprouvais pour lui et que la tendresse faisait partie de l’amour. J ‘ai voulu rompre mais je n’ai pas pu. Depuis il garde une distance et on ne s’est pas revu même si on garde contact et que je suis là quand il a envie de me parler. Si je lui pose des questions sur nous, ce qu’il se souvient de ce qui était entre nous, il me dit qu’il me répondra plus. comment faire moi aussi j’ai des peurs et des besoins mêm si je suis solide dans mon amour comme dans ma vie. M a t il vraiment aimé ? Vivre c’est accepter que les sentiments nous animent mais les médicaments font barrage et même j’ai l’impression qu’il se réfugie et accepte sa condition pour ne plus avoir mal par rapport à l’amour. Les angoisses sont parfois nécessaire pour comprendre l’importance de l’autre mais il ne s’en rend plus compte, l’angoisse est tout de suite dramatique. comment gérer tout ça ? Comment savoir s’il éprouve des sentiments pour moi quand il s’interdit toute émotion? Seule la pêche a de l’importance et partager ces moments ne suffit pas à lui donner l’importance sur nos liens qui se nouent avec le temps, la confiance qui s’installe. pas de passé pas d’avenir juste du présent et les règles sont entre ses mains sa maladie son bon vouloir. Comment me faire respecter, qu’il s’intéresse à moi, comment susciter son envie de composer une symphonie avec moi même si la vie n’est pas un long fleuve tranquille ? Merci de m’apporter quelques conseils, éclairements sur ma situation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *